Je vous préviens tout de suite, ce qui suit n’est pas la réalité historique de l’origine de l’Agilité, en tout cas pas à ma connaissance. C’est juste une réflexion sur un cheminement intellectuel qui me semble logique.

J’ai récemment découvert la « Théorie des Contraintes » (TOC en anglais)  d’Eli Goldratt. Je vous conseille grandement de lire ses trois ouvrages sur le sujet :

  • « Le but » qui expose les bases de la théorie
  • « Réussir n’est pas une question de chance » qui va plus loin dans l’exploration des processus mentaux conduisant à des solutions du type Théorie des Contraintes.
  • « Chaîne critique » qui est une application de la Théorie des contraintes à la gestion de projet.
Couverture du But en anglais – Source : https ://en.wikipedia.org/wiki/File :The-goal-bookcover.jpg

A cette occasion, j’en suis venu à me dire qu’il y avait un enchaînement logique entre la TOC, le Lean et l’Agilité. En effet, en y regardant de plus près, on voit que l’Agilité est l’application des principes du Lean au développement logiciel. Par exemple, le principe des petits lots du Lean se traduit en agilité par les itérations (sprints) contenu un périmètre limité de fonctionnalités à développer dans un temps fixé à l’avance. Ce principe des petits lots du Lean est lui-même une application de la Théorie des Contraintes au milieu industriel afin de protéger la contrainte d’un chaîne de production. Quant à la Théorie des Contraintes, elle est elle-même une solution à un problème mis en évidence par les fameux processus mentaux d’Eli Goldratt qui sont d’ailleurs l’application de la démarche scientifique dans le domaine du management…

Par contre, la finalité est différente :

  • TOC : maximiser le flux (« throughput »)
  • Lean : réduire les gaspillage
  • Agilité : maximiser la valeur

En combinant les trois, nous pouvons alors maximiser le flux de valeur en éviter de gaspiller les ressources nécessaires…

Il y aurait de quoi d’écrire de nombreuses pages sur la question, je n’ai fait qu’aborder brièvement cette idée. J’aurai sûrement l’occasion d’approfondir le sujet dans de prochains articles.

Et pour terminer, si vous voulez une explication du même genre conduisant aux pratiques devops, je vous conseille l’excellent « Phoenix Project » (en anglais) par Gene Kim, Kevin Behr et Georges spafford. Cet ouvrage présente l’application de la Théorie des Contraintes à l’IT et est aussi un hommage au livre « Le But » d’Eli Goldratt. Il en reprend d’ailleurs la trame et les ressorts.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter ma série d’article intitulée « Petite histoire de l’Agilité » :

Source :

Tags : , , ,

Classés dans :