Helmuth Karl Bernhard von Moltke, maréchal prussien du XIXe siècle n’est pas un nom auquel on pense spontanément en évoquant l’agilité. Et pourtant vous connaissez probablement cette citation souvent utilisée dans la communauté agile :

« Aucun plan ne résiste au premier contact avec l’ennemi ».

– Von Moltke

Voilà qui rappelle étrangement la quatrième valeur du manifeste agile :

La réponse au changement, de préférence au respect d’un plan.

– Manifeste agile

Qui était Von Moltke ?

Il ne faut pas confondre Helmuth Karl Bernhard von Moltke – dit l’aîné – avec son neveu Helmuth Johannes Ludwig von Moltke- dit le jeune. Le second est un général allemand de la première guerre mondiale, responsable de la défaite lors de la bataille de la Marne et de l’échec du plan Schlieffen. Il n’avait probablement pas lu ou pas compris les écrits de son oncle…

Né en 1800, l’enfance de von Moltke est façonnée par les guerres napoléoniennes qui ont eu un effet dévastateur sur la Prusse, ce qui l’amène à servir dans l’armée danoise. Il étudie au Danemark et en Prusse et suit six années de formation d’officier dans des académies militaires. Très tôt, il devient un stratège très prisé.

Il modernise ensuite l’armée de l’Empire ottoman et devient un précieux collaborateur de la royauté prussienne. En parallèle, il cartographie Rome et écrit un livre sur la manière de choisir le parcours des chemins de fer (à leurs balbutiements à l’époque). C’était manifestement quelqu’un de talentueux.

En 1857, il devient chef de l’état-major prussien. Pendant plus de 30 ans, il occupera ce poste, au cours des différentes guerres menées par la Prusse jusqu’à l’établissement de l’Empire allemand en 1871. Il est notamment l’artisan des victoires prussiennes contre le Danemark en 1864, l’Autriche en 1866 et la France en 1870 1.

Une vision moderne de la stratégie militaire

Il a écrit plusieurs ouvrage de stratégie militaire dont un guide intitulé Verordnungen für die höheren truppenführer 2 que l’on peut traduire par « Instructions pour les chefs d’état-major ». Ce guide détaille une vision incroyablement moderne de la stratégie militaire. La doctrine des Marines américains, notamment, s’inspire largement des enseignements de Von Moltke. En effet, pendant la seconde guerre mondiale, les militaires américains se sont rendus compte, lors des combats sur le sol européen que les soldats allemands, bien que dépassés en nombre et en équipement arrivaient en moyenne à faire deux fois plus de victimes que les soldats alliés. Ceci était dû à une doctrine favorisant l’autonomie et la prise d’initiative au niveau opérationnelle. C’est cette doctrine que Von Moltke avait formulé dans son fameux guide près d’un siècle plus tôt 3.

Et l’agilité dans tout ça ?

Elle est partout dans les écrits de Von Moltke. Même si un champ de bataille semble a priori bien éloigné d’un projet de développement logiciel ou d’une campagne marketing (quoique parfois… 🙂 ), il y a des points communs. Ce sont toutes des situations où l’incertitude est majeure quant aux intentions des « adversaires » et à l’évolution des événements.

Dans ses « Instructions pour les chefs d’état-major », Von Moltke commence par mettre en avant l’importance de prendre des décisions claires dans un contexte de forte incertitude 3 :

Quand vous évoluez dans l’obscurité, vous devez avoir l’intuition de ce qu’il convient de faire en vous appuyant sur des conjectures, et donner des ordres en sachant que leur exécution sera entravée par toutes sortes de problèmes et d’obstacles imprévisible. Dans le brouillard de l’incertitude, la seule chose dont vous devez être sûr, c’est votre propre décision … le moyen le plus sûr d’atteindre votre objectif est de mener résolument des actions simples.

Von Moltke

Vision commune et autonomie opérationnelle

Une chaîne de commandement efficace n’est pas suffisante car elle peut être compromise par les évènements. Donc à tous les niveaux, les personnes doivent être responsables 3 :

Il existe de nombreuses situations où un officier doit agir selon son propre jugement. Il serait absurde qu’un officier attende des ordres à des moments où aucun ne peut être donné. Mais en règle générale, c’est quand il agit conformément à la volonté de son supérieur qu’il peut jouer son rôle de manière plus efficace dans le schéma globale.

Von Moltke

Nous y voilà ! Cela ne vous rappelle rien, un fort alignement sur une vision commune et une grande autonomie opérationnelle de décision ? Si vous ne l’avez pas encore fait, visionnez ce vidéo-scribing de Henrik Kniberg. Il y explique comment Spotify est organisé et vous y retrouverez cette idée maîtresse.

La réponse au changement, de préférence au respect d’un plan

L’autre idée maîtresse est de ne pas tout planifier dans le détail. En effet, cela introduit au contraire de l’incertitude quand les évènements divergent des prévisions 3 :

Ne pas commander plus que ce qui est strictement nécessaire, ni planifier au-delà des circonstances que vous pouvez prévoir. En temps de guerre, les circonstances changent très rapidement et il est rare que des instructions couvrant une longue période de temps, comportant beaucoup de détails, soient pleinement exécutées.

Von Moltke

Dit autrement, pas de « Big Design Up Front » ! Cette citation de Von Moltke ferait une très bonne introduction au guide Scrum.

Management agile

Quant au style de management, un leader qui intervient en permanence au niveau opérationnel est un signe de dysfonctionnement 3 :

Dans tous les cas, un leader qui croit pouvoir faire la différence par des interventions personnelles continues se berce généralement d’illusions. Il prend ainsi en charge les tâches que d’autres personnes sont supposées faire tout en se privant de leurs contributions, et multiplie ses propres tâches à un point tel qu’il ne peut plus les assumer toutes.
Les demandes d’un commandant supérieur sont déjà assez exigentes en soi. Il est bien plus important que celui qui dirige conserve une image claire de la situation dans son ensemble que de s’assurer si telle ou telle chose est faite de telle ou telle façon.

Von Moltke

(Note : remplacer « Commandant supérieur » par « Directeur » pour se replacer dans le contexte de l’entreprise 🙂 ) A méditer par tous les managers qui s’estiment débordés au quotidien… C’est tout à fait le profil du manager agile que Von Moltke esquisse là.

Les individus et leurs interactions

Enfin, après avoir expliqué ce qu’il ne faut pas faire, Von Moltke donne des pistes de « bonnes pratiques » 3 :

Plus le niveau de commandement est élevé, plus les ordres doivent être courts et généraux. Le niveau suivant doit ajouter les spécifications supplémentaires qu’il juge nécessaires, et les détails de l’exécution sont laissés à des instructions verbales ou peut-être à un mot d’ordre. Cela garantit que chacun conserve la liberté de mouvement et de décision dans les limites de son autorité.

Von Moltke

Faisons maintenant le parallèle avec l’ingénierie logicielle. Cela consiste à formuler de façon succincte la vision globale du produit – par des thèmes, initiatives, épics. Puis le dernier niveau opérationnel est décrit par les récits. Ces derniers laissent beaucoup de place à la discussion avec les sessions d’affinage (backlog grooming).

Conclusion

Il n’est finalement pas surprenant que les militaires aient été les premiers à réfléchir à la résilience des organisations dans un contexte d’incertitude et de risque extrêmes. Souvenez-vous, des solutions existaient déjà à l’époque romaine. Et il est également tout à fait logique – quand on lit Von Moltke – qu’ils soient arrivés à la conclusion que la meilleure approche est de combiner un fort alignement autour d’une stratégie commune et une grande autonomie de décision opérationnelle. Car pour eux, c’est une question de vie ou de mort…

A propos de cette série d’articles sur l’histoire de l’agilité

Au travers de cette série d’articles, j’explore une approche différente de l’histoire de l’agilité. Pour beaucoup d’entre nous, l’agilité, c’est avant tout les quatre valeurs et les douze principes du Manifesto. Cependant, le Manifesto est surtout une formulation communément admise de théories et pratiques pré-existantes. L’ordre des articles n’est pas chronologique, il dépend uniquement de l’inspiration du moment et du temps disponible… N’hésitez pas à donner votre avis !

Tous les articles de cette série

Références

  1. What do Helmuth von Molke the Elder and marketing have to do with each other? – Blog Proposition – 21 novembre 2018 
  2. Aus den Verordnungen für die höheren Truppenführer – Helmut Karl Bernhard von Moltke – 24 juin 1869 
  3. The Art of Action : How Leaders Close the Gaps between Plans, Actions and Results – Stephen Bungay – Novembre 2010 – ISBN 978-1857885590